Recetter un site web : outils & astuces

En tant que chef de projet web, je suis amenée à travailler régulièrement sur la création ou la refonte de sites internet. Que ce soit pour le compte d’agences web qui externalisent ce travail ou bien pour mes propres clients, je veille à ce que cette étape soit effectuée

avec rigueur. En effet, il s’agit de l’une des phases les plus importantes dans l’aboutissement d’un projet web. Qu’est-ce que « recetter » signifie, mais surtout comment recetter ? Je vous dis tout 😉

En tant que chef de projet web, je suis amenée à travailler régulièrement sur la création ou la refonte de sites internet. Que ce soit pour le compte d’agences web qui externalisent ce travail ou bien pour mes propres clients, je veille à ce que cette étape soit effectuée avec rigueur. En effet, il s’agit de l’une des phases les plus importantes dans l’aboutissement d’un projet web. Qu’est-ce que « recetter » signifie, mais surtout comment recetter ? Je vous dis tout 😉

Recetter un site, ça veut dire quoi ?

Recetter un site signifie tout simplement le passer en phase de test. C’est le moment du projet où l’on teste l’ensemble des fonctionnalités du site, jusque dans ses moindres détails, aussi bien en front-office qu’en back-office. Le bouton renvoie-t’il vers la bonne page ? Ce texte propose-t’il le bon interlignage ? Les marges sont-elles conformes aux maquettes ? Ce module fonctionne-t’il bien ? Le but est de s’assurer que, lorsqu’il sera en ligne, le site répondra aux attentes des internautes mais également des personnes qui gèreront le site. 

Lors de la recette, le site est passé sous toutes ses coutures. Le moindre bug doit être remonté aux développeurs / intégrateurs. C’est la raison pour laquelle nous utilisons des outils spécifiques qui permettent de centraliser les informations et, ainsi, gagner du temps.

A quelle étape du projet recette-t'on un site ?

La recette d’un site intervient après la phase de développement et d’intégration, et juste avant la mise en ligne. Personnellement, je préfère toujours lancer une « recette interne » entre moi (chef de projet) et le développeur / intégrateur. Cela me permet de tester le site et surtout de faire une première passe avant que le client ne le voit pour la première fois. Dans un second temps, j’ouvre la recette au client. Ce dernier peut alors tester le site et faire remonter ses bugs / modifications.

Comment recetter un site web ?

Les possibilités sont multiples et je pense que chaque chef de projet a ses astuces et ses préférences. Pour ma part, j’apprécie particulièrement l’outil Asana. Si je l’utilise au quotidien pour m’organiser dans mes propres projets, c’est également un excellent outil pour recetter un site.   

Site web / Application web / Application mobile

Version gratuite ou version premium

Voici les étapes pour organiser sa recette :

1- Créer un espace de travail dédié à la recette
2- Partager cet espace de travail entre le chef de projet, le développeur / intégrateur et le client
3- Créer un projet par technologie : Desktop / Mobile / Tablette 
4- Dans chaque projet, créer des sections et faire glisser les tâches d’une section à l’autre, selon son état :

– Le client créé un ticket (en essayant d’être le plus précis possible), qu’il range dans la section « Bugs à traiter« 
– Le développeur traite ce ticket et le range dans la section « A tester« 
– Le client va tester sur le site. Si tout est ok, il le passe dans « Validé« . Si ce n’est pas ok, il commente la tâche en expliquant le problème (de la façon la plus précise possible, encore une fois), et range la tâche dans « A revoir« . Une fois cette tâche réellement validée, elle sera rangée dans la section « Validé« .

 

Il est important de comprendre que la recette d’un site ne peut se faire par mail ou par téléphone. Ce serait beaucoup trop long et surtout impossible à gérer. Centraliser les informations dans un outil tel qu’Asana (beaucoup utilisent également Trello) permet de gagner du temps et surtout de voir clairement où en est le traitement des bugs.

4 clés pour réussir sa recette

Être le plus précis possible lorsque l’on décrit un bug, afin que le développeur comprenne tout de suite d’où vient le problème. Ainsi, ne pas hésiter à joindre une capture d’écran, préciser le navigateur utilisé ou encore la taille de son écran. 

Ne pas ouvrir la recette à 15 personnes. Ce serait sans aucun doute beaucoup trop compliqué à gérer. Je conseille toujours à mes clients de ne confier cette tâche qu’à une ou deux personnes maximum. Dans le cas contraire, les doublons et autres incompréhensions risqueraient de retarder la mise en ligne.

Être assidu et garder une recette bien organisée afin de ne pas se perdre parmi les 50 tickets en court. 

Toujours se référer aux maquettes ou au cahier des charges (ces deux étapes doivent être validées en amont par le client avant que la phase de développement ne débute) lorsqu’il y a un doute. Bien entendu, des modifications mineures peuvent être apportées au cours de la recette. 

Et vous, quels sont vos conseils pour gérer au mieu la recette d’un site ?

Recetter un site : outils et astuces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *